Piloti, che gente par Enzo Ferrari

Piloti che gente

Livre en français | 1987 | 480 pages

C’est l’un des ouvrages les plus importants d’Enzo Ferrari. Avec l’ironie et l’originalité qui le caractérisent depuis toujours, Ferrari trace le portrait de tous les pilotes qu’il a ren­contrés au cours de sa vie, une série unique d’instantanés allant de Giuseppe Campari à Gilles Villeneuve en passant par ces pilotes qui n’ont jamais été champions mais, qui ont contri­bué au succès de l’équipe et auxquels Ferrari consacre quelques lignes. Quelques lignes qui parviennent à résumer une vie entière. Comment oublier ce que Ferrari écrit au sujet de Car­los Reutemann, qu’il décrit comme « un tourmenteur tour­menté »  ? Jamais aucun journaliste n’a fait mieux. Sans doute parce que aucun journaliste ou écrivain n’a pas eu l’occasion de fréquenter d’aussi près autant de pilotes et de personnalités du monde des courses. Quoi qu’il en soit, le début des années 60, qui coïncide avec la fin des difficultés rencontrées à la fin des années 50, marque la période la plus faste pour le Ferrari auteur. Que dire de son jugement lapi­daire au sujet de John Surtees ? « Je sais ce que je perds, je ne sais pas ce que je perdrais si je confirmais son engagement ». Les exemples ne manquent pas qui témoignent du talent littéraire de Ferrari. Voici, par exemple, comment il décrit Arnoux : « arrivé à Maranello avec une réputation, assez peu flatteuse, d’animal de vitesse... ».